Bienvenue sur world-blogueur.com. Ce blog rassemble les récits et photos de mes périples et expériences près d'ici ou à travers le monde. Bonne route...

samedi 26 avril 2014

Ecosse: Glens, lochs and sun (2/2)


15/04/2014

Jour : 306 km   Total : 1405 km

Personne ne s’émeut de nous voir partir. D’ailleurs, il n’y a personne.
Nous passons rapidement Glasgow puis les petits jettent quelques cailloux dans le Loch Lomond, lac fréquenté par les écossais.



Oban est une jolie bourgade qui s’est construite autour de sa distillerie. Amateur de whisky, je suis parti de France avec une bouteille d’Oban. La moindre des politesses est de rendre visite à l’expéditeur de ma bouteille… 















J’abandonne ma petite famille une heure afin de visiter la distillerie. Voyage dans les effluves, un mélange de Charlie et la chocolaterie et des Temps modernes de Chaplin. Peu de technologie et un savoir-faire qui semble immuable. Des paroles de notre guide, ce savoir-faire est transmis de génération en génération.
Dégustations : 62° puis 42°c. Je reprends le volant, à droite ? Non à gauche…
Route vers Glencoe.


Quelques kilomètres avant le bourg, nous apercevons un terrain de jeu. Quand je dis terrain de jeu, je parle d’un green immense parsemé de toboggans et balançoires en tout genre. Un parking. Des riverains. Quelques mots, des sourires. « Évidemment, vous pouvez passer la nuit ici ! ».



Discussion avec Jenny et son mari qui poussent leur petit garçon sur la balançoire. Ils nous confirment que le camping sauvage, bien qu’autorisé au Royaume Uni, ne fait pas partie des habitudes culturelles. Les Anglais et les Écossais, pourtant férus de camping-car, préfèrent utiliser les campings. C’est pourquoi il n’est pas facile de trouver des parkings qui ne soient pas affublés du panonceau « no overnight »

16/04/2014

Jour : 234 km   Total : 1640 km

Départ matinal pour Glencoe, Fort William,  puis Eilean Donan Castle.
La route, dominée par les sommets enneigés, est superbe dans la froideur matinale.







Le château d’Eilean Donan fut construit initialement au début du 13ème siècle, abandonné au 17ème puis reconstruit au début du 20ème siècle.
Sa situation est remarquable. Il semble posé en équilibre sur un îlot fragile. L’accès se fait par un solide pont de pierre.
l : 1640 km








La visite présente les différentes pièces du château, leur fonction et de nombreux objets. Évidemment, les petits sont ravis.










Le temps, menaçant depuis quelques heures, se gâte. A partir de 15 heures, c’est la douche écossaise. Une douche glacée, accompagnée d’un vent puissant.

Nous empruntons le Skye Bridge qui nous permet d’accéder à l’Ile de Skye. Le vent d’ouest m’impose de rester accrocher au volant. La visibilité est faible, la pluie horizontale.





Nous sommes ainsi cloîtrés à quatre dans 8 m². Jeux en tous genres puis jeux en tous genres, enfin quelques jeux en tous genres… Puis, un cahier, une lichette d’Oban, des photos et une carte…


Mon devoir de père me rappelle pour quelques jeux en tous genres… Évidemment, je suis sommé de faire des prévisions météorologiques optimistes auxquelles personne ne croit.

14/04/2014

Jour : 217 km   Total : 1857 km

La pluie a cessé, elle est venue prêter main forte au vent. Tout devient horizontal. Les herbes folles, les drapeaux, les cimes des arbres… Si je lâche le volant, nous finissons dans l’océan.



L’objectif est de faire le tour de l’ile. La route qui longe la côte est splendide et les paysages traversés sont très variés. Parfois, il s’agit d’une route à une voie (single-track road) qui ne permet pas à deux véhicules de se croiser. Pour ce faire, il faut utiliser les aires prévues à cet effet (passing place). Ajoutons à cela les moutons qui prennent possession du macadam, le revêtement truffé de nids de poules et ce satané vent qui n’en finit pas, la conduite n’est pas de tout repos. D’autant plus que l’environnement appelle sans cesse les yeux dans toutes les directions possibles et qu'à l'arrière du fourgon, les petits, par moments, s'expriment avec énergie... 
 








Nous arrivons après une centaine de kilomètres au château de Dunvegan (Dunvegan Castle).
Après un repas vite avalé sur le parking, la pluie cesse et nous entamons la visite. Difficile d’empêcher Émile de se saisir des tous les objets présentés… Intéressant mais c’est néanmoins sa situation en bord de mer qui est extraordinaire.



Le soleil nous accompagne désormais sur la route de Sligachan (aperçue entre les gouttes la veille). Le paysage se dévoile aujourd’hui, comme si on nous l’avait caché hier pour davantage le magnifier aujourd’hui. Extraordinaire. Des montagnes uniques et singulières, et là, un cône parfait. Volcan ? Amérique du sud ? 

 











Nous quittons donc l'Ile de Skye sous le soleil, et pourtant...

Plockton est un petit village en front de mer. La pluie revient, je fais quelques photos, les petits ne se réveillent pas, nous reprenons la route vers le ciel clair, vers les envies de ciel bleu.





Le soleil est de retour assez vite. La route qui mène à Lochcarron est une single-track road étroite, sinueuse et piégeuse. Les trois automobilistes croisés ont eu les mêmes frayeurs que nous. Freinage d’urgence, regards échangés (version routière du western), petit geste de la main, tout le monde recule, tout le monde avance et finalement nous nous mettons d’accord. Chacun veut continuer la route… 
 



Lochcarron est une petite ville tout en longueur, en bord de lac et où le supermarché Spar semble être l’attraction vedette des cinquante kilomètres à la ronde.


Soleil et douceur, nous sortons moto et vélo, faisons quelques courses et jetons quelques dizaines, centaines ou milliers de cailloux dans l’eau.
















Emplacement en or pour passer la nuit.

18/04/2014

Jour : 194 km   Total : 2051 km

12°c dans le camion.
Les lacs sont des miroirs, pas une ride, pas un frémissement. Le paysage est immobile.



 





Route vers Glen Torridon où nous croisons des cerfs.


La suite de l’itinéraire nous emmène vers la ville d’Ullapool. Par certains moments, les montagnes enneigées dominant cette vallée évasée donnent des airs d’altiplano sud-américain à ces routes écossaises. 











Détour par les chutes de Measach qui photographiquement ne donnent rien (compte-tenu de l'encaissement, de l’heure et de la lumière) mais qui constituent une halte aussi impressionnante qu’agréable. Le pont suspendu mène à des bois que nous parcourons avec plaisir.








Ullapool est un petit port tranquille faisant face à une baie majestueuse. Glace, coquillages et cailloux sont au programme. Émile dort dans sa poussette, Gaspard est très occupé à salir son manteau avec sa glace... Fait remarquable, nous nous asseyons à une terrasse de café. Cela n’arrive jamais !










Le Loch Assynt dévoile un mirage. Un château sur une presqu’île. Une ruine, un amas de pierres que l’on peut escalader. 

 



Le Château d’Ardvreck (Ardvreck Castle) date du 16ème siècle et appartenait au camp Mc Leod. Il se visite librement, l’instant est magique.












Nuit face au château, face au lac, face aux montagnes…

19/04/2014

Jour : 171 km   Total : 2222 km




Petites merveilles et route bucolique vers Inverness.







 
En ce samedi matin, les rues de la cité sont animées. Des lapins, des ours, des tortues distribuent des chocolats aux enfants.
Un château, des églises, les montagnes en toile de fond et une zone piétonne: tous les ingrédients qui rendent notre promenade agréable.


















Inverness passée, c’est le célèbre Loch Ness que nous longeons. Célèbre pour le monstre qu’il abriterait, le lac, d’une longueur de 39 km, est une attraction pour de nombreux touristes. Il ne l’est pas pour nous.
Nous trouvons un petit camping situé dans un centre hippique. L'emplacement est situé sur une petite surface fermée couverte de graviers. Peu de possibilité pour qu'ils jouent librement et une certaine crainte, je l'avoue, qu'un cheval reçoive malencontreusement quelques cailloux. A entendre la propriétaire hurler sur son interlocuteur, le téléphone pendu à l'oreille, nous préférons poursuivre la route...
Petit camping tranquille en bord de loch et tout ce qu'il faut pour les petits...
Il est temps de sortir la canne à pêche. Échec cuisant malgré ma ténacité et l’impatience de Gaspard. Pas de poisson pour le dîner…



20/04/2014

Jour : 226 km   Total : 2448 km

Le bleu du ciel est éblouissant.



Le château de Urquhart (Urquhart Castle), construit en 1230, domine le Loch.
La mécanique est bien rodée. Il est presque impossible de le photographier sans passer par la caisse et la boutique de souvenirs. Les indiens se photographient devant les massifs fleuris, les japonaises s'extasient devant les petits, pas de doute, nous sommes dans un des hauts lieux locaux du tourisme international. Cependant, la visite est agréable.






L'initiation au tir à l'arc pour Gaspard renforce l'aspect médiéval de la visite
Tout au bout d'une petite route sans issue d'une vingtaine de kilomètres, on trouve la rivière Affric, affluent du Loch Affric, coulant tout naturellement dans le Glen Affric. Dominé par les pics enneigés, cet endroit est merveilleux.
La lumière est trop forte à cette heure-ci. les photos sont cramées mais le pique-nique à l'ombre des pins et notre randonnée (0.3 mile) afin de jouir du panorama somptueux, nous comblent. Emile se débrouille comme un chef !










Pour ma part, j'ai des envies de sommets, il va falloir que je revienne dans ce coin...
Après quelques cailloux jetés dans l'eau, nous prenons la route de Fort Augustus afin de contourner le Loch Ness puis gagnons Aviemore.





Certains de ne pas trouver de lieux où dormir, nous remontons sans conviction vers la station de ski de Cairngorm. C'est sur la droite de la route que le miracle apparaît...
Un parking, un loch, des sommets enneigés en toile de fond, une plage de sable, un espace sécurisé pour vélo, moto et autres ballons, des canards, du pain de mie à leur lancer, des petits cailloux, des gros, une rangée de rocher pour prévenir du risque de noyade ou quelconque chute dans l'eau, un coucher de soleil majestueux se profilant et j'en oublie. En bref, un bivouac remarquable !


Notre stock de pain de mie se réduit à vue d'œil, nous coupons les vivres. Les canards ne reçoivent plus de mie mais des cailloux qui ne passent jamais loin. Il nous faut intervenir, quelques mises au point sont nécessaires...








Le coucher de soleil se passe de mots mais pas de photos, les voici...






21/04/2014

Jour : 199 km   Total : 2647 km

La station de Cairngorm est réputée malgré l'enneigement aléatoire.

Le Mountain Railway nous dépose à plus de 1000 m d'altitude, dans la neige et le vent cinglant. Voir ces skieurs dévaler les pentes me donne envie d'en faire autant.

Pour le moment, c'est un bonhomme de neige que nous modelons avec Gaspard.
La visibilité n'est pas excellente, l'horizon est brumeux mais l'escapade est vivifiante...








Kingussie nous propose une immense étendue d'herbe, des tables de pique-nique, des balançoires, des toboggans, des tourniquets et j'en passe... Un moment de calme salvateur.
L'autoroute est fermée pour cause d'accident. Des embouteillages titanesques se sont formés car les routes écossaises sont étroites et les ponts arqués ne permettent pas aux camions de rester sur leur voie. Ils doivent ainsi emprunter le milieu de la chaussée. Grand bazar mais l'occasion pour moi de prendre quelques photos...




Pilochry sur la route d'Edinburgh est une étape agréable.










Nous posons nos roues pour la nuit sur les rives du Loch Allen.



22/04/2014

Jour : 264 km   Total : 2911 km

Il a plu des cordes toute la nuit. Elles tombent toujours à notre réveil et lorsque nous prenons la route.
Nous arrivons à Edinburgh où trouver une place de parking se révèle être un défi de taille. Chose faite, la pluie cesse mais le ciel gris et le vent violent ne nous laissent pas optimistes...
La ville est magnifique mais les conditions optimales pour l'apprécier ne sont pas réunies: froid, temps gris sombre, les petits veulent tantôt marcher, tantôt se reposer dans la poussette. Évidemment, ils veulent la même chose en même temps. L'entrée du château qui domine la vieille ville est trop chère, plus de 20 euros par personne. Nous n'avons plus un penny. Nous faisons l'impasse. La pluie menace à nouveau...





























Nous nous réchauffons dans un restaurant, aidés par une belle assiette de fish and chips.
Nous récupérons le camion et faisons une halte à l'Abbaye de Melrose, à une cinquantaine de kilomètres au sud d'Edinburgh. Les petits dorment, je pars seul faire quelques photos.
L'abbaye, achevée en 1146, est en ruine. L'endroit est emprunt de mystère. La brume participe de cette ambiance.

















Nous quittons l’Écosse, l'Angleterre s'offre à nous. Le brouillard semblait nous attendre à la frontière. Il est si dense que je ne peux distinguer les moutons qui paissent sur le bord de l'étroite chaussée.


Trois véhicules croisés en une centaine de kilomètres, des villages déserts et ce brouillard qui nous isole du reste du monde. Une parenthèse, seul mon compteur kilométrique me prouve que nous avançons.
Le petit parking que nous trouvons au sud de Newcastle fera l'affaire. Situé entre les panneaux des villes de Shincliffe et Durkan, ce-dernier jouxte une voie très passante. Nous sommes fatigués, je coupe le moteur.

23/04/2014

Jour : 547 km   Total : 3448 km

Nous traversons comme une flèche le territoire anglais.
Nous sommes à Douvres avec 36 heures d'avance sur notre ferry. Le guichetier des bureaux de PO Ferrys, aussi sympathique et rayonnant qu'une pluie écossaise, nous propose de partir ce soir. le supplément qu'implique cette modification représente quasiment le prix du trajet...
Nous profitons du temps d'attente pour effectuer une promenade sur la corniche de Douvres, au pied des falaises de craie (d'une centaine de mètres de hauteur) et de la forteresse.








Du pont du bateau, en arrivant dans le port de Calais, j'aperçois une multitude de camping-cars agglutinés, entassés, collés les uns aux autres sur un quai. Pourtant, ce parking fera l'affaire, il est 21 heures passées, les petits sont épuisés, nous également.

24/04/2014

Jour : 341 km   Total : 3789 km

Retour linéaire et sans saveur jusqu'à Paris.
 


Booking.com

Archives du blog